Les derniers livres

Default Placeholder Default Placeholder Default Placeholder Default Placeholder Default Placeholder

Introduction à la philosophie de l’histoire: essai sur les limites de l’objectivité historique

La vérité scientifique se détache de la conscience qui l’a élaborée puisque, à un certain degré d’approximation, elle vaut éternellement. En va-t-il de même pour la reconstitution historique ? La science historique, comme les sciences de la nature, se développe-t-elle selon un rythme d’accumulation et de progrès ou, au contraire, chaque société récrit-elle son histoire parce qu’elle se choisit et recrée son passé ? Cette analyse devenue classique de l’historicité conduit Raymond Aron à une philosophie historique qui, s’opposant aux synthèses spéculatives en même temps qu’au positivisme, est aussi une philosophie de l’histoire.

« La philosophie de l’histoire, écrit-il, est une partie essentielle de la philosophie, elle en est à la fois l’introduction et la conclusion. Introduction, puisqu’il faut comprendre l’histoire pour penser la destinée humaine, d’un temps et de toujours, conclusion, puisqu’il n’y a pas de compréhension du devenir humain sans une doctrine de l’homme. Double caractère qui serait contradictoire si l’on se représentait la philosophie selon le schéma des théories déductives, mais qui devient intelligible dès qu’on la rattache à la dialectique de la vie et de l’esprit, qui s’achève dans la conscience de soi de l’être qui se situe dans l’histoire et se mesure à la vérité. »


Le fichier sera disponible dans 30 secondes.

One thought on “Philosophie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share Article:

Translate »